voie

voie [ vwa ] n. f.
veie, voieXIe; lat. via via
IConcret A
1Espace à parcourir pour aller quelque part. chemin, passage. Direction d'une voie. Se frayer une voie dans les broussailles. Trouver, suivre, perdre, quitter une voie, la bonne voie. Boucher, dégager la voie. Loc. Être par voies et par chemins, toujours en chemin (cf. Par monts et par vaux).
2Spécialt Cet espace, lorsqu'il est tracé et aménagé. artère , chemin, route, 1. rue. Tracé d'une voie. Les grandes voies de communication d'un pays, routes et voies ferrées. — Admin. Voie publique (faisant partie du domaine public), privée (ordinaire ou ouverte à la circulation publique). Voie classée, incorporée au réseau officiel des voies de communication. — Collect. La voie publique : espace du domaine public destiné à la circulation (y compris les places, squares, etc., dans les villes). Sur la voie publique : au su et au vu de tous. — (Dans le voc. du code de la route) Voie étroite, prioritaire, à sens unique, interdite aux véhicules. Voie rapide. rocade; pénétrante, radiale . Voie sur berge autoberge.Partie d'une route de la largeur d'un véhicule, et délimitée par une bande jaune ou blanche. Route à trois, quatre voies. Passage à voie unique, signalé par des feux.
3(1636) Grande route de l'Antiquité. Les voies romaines (lat. via) . La voie Appienne. Par anal. Voie sacrée, commémorant un itinéraire (religieux, militaire).
4(1838) VOIE FERRÉE, et absolt la voie : l'ensemble des rails mis bout à bout et à écartement fixe qui forment une voie, un chemin pour les convois. ⇒ chemin de fer. Parties de la voie : accotement, ballast, contrecœur, contre-rail, coussinet, crémaillère, éclisse, entrevoie, longrine, rail, remblai, tire-fond, traverse. Les voies d'une ligne. Voie montante, descendante. Convoi qui marche à contre-voie (1o). Ligne à voie unique, où les trains ne peuvent se croiser. Voie principale, d'évitement. Voie de garage. Signal qui ferme la voie. Ouvrir, donner la voie. Profil de la voie. Voies et quais d'une gare. La voie 2. Traverser la voie par un passage souterrain. Descendre à contre-voie. contre-voie (à).
Spécialt Espace entre les deux files de rails. Voie étroite, normale.
5Voies navigables : les fleuves et canaux.
6(1632) La Voie lactée, ou chemin de Saint-Jacques. galaxie. La voie maritime, aérienne : les déplacements, transports par mer, air.
B(XIIIe) Chasse Lieux par lesquels est passée la bête; chemin qu'elle a suivi. piste, trace; foulée . « Le bon moyen de discerner [...] leurs voies » ( Flaubert). Le daim « a plus souvent [que le cerf] besoin de [...] revenir sur ses voies » (Buffon). Perdre la voie. Par métaph. Les faibles, « sans principes, perdirent la voie » (Michelet). Cour. Mettre sur la voie : donner des indications, aider à trouver. CTechn.
1Traces parallèles laissées par les roues d'une voiture.
Par ext. Écartement des roues, largeur de l'essieu d'une roue à l'autre. La voie (largeur) et l'empattement d'une automobile. « Un vallon si resserré qu'il garde à peine la voie d'une voiture » (Chateaubriand),la largeur.
2(1690) Largeur d'un trait de scie; écartement latéral des dents d'une scie. Donner de la voie à une scie, en écarter les dents.
3Électron. Chemin matérialisé par un circuit électrique par lequel peut passer un signal ( canal). La voie gauche, droite d'une chaîne stéréophonique. Enceinte acoustique à deux, trois voies.
DPassage.
1(1678) VOIE D'EAU : ouverture accidentelle par laquelle l'eau entre dans un navire. Aveugler, boucher, calfater une voie d'eau.
2(1314) Passage, conduit anatomique (dans des expr.). canal. Les voies digestives, respiratoires, urinaires. Par voie buccale, orale : par la bouche.
II(XIIe; abstrait)
1Conduite, suite d'actes orientés vers une fin et considérée comme un chemin que l'on peut suivre. 2. carrière, chemin, filière, ligne, route. Aller, avancer, entrer, marcher dans telle ou telle voie. « Obligés de suivre ces voies pénibles » (Renan). Préparer la voie : faciliter les choses à faire en réduisant les obstacles. Aplanir, frayer la voie, les voies (en donnant l'exemple). Ouvrir la voie. passage. Ellipt La bonne, la mauvaise voie (pour obtenir qqch.). direction. Être dans la bonne voie, en passe de réussir. Fig. La voie royale. La voie de qqn, la conduite qui lui convient, lui réussit. « L'enfant fut assez long à trouver sa voie » (Lichtenberger).
(1120) Relig. La voie, les voies du salut, de la perdition. « La voie étroite de l'Évangile » (Bourdaloue). Les desseins, les commandements (de Dieu). Les voies de Dieu, de la Providence. La voie, les voies de l'homme, sa conduite morale. « Je te jugerai selon tes voies » (Bossuet).
2Conduite suivie ou à suivre; façon de procéder. 2. moyen. « La vraie voie par laquelle une chose a été méthodiquement inventée » (Descartes ). « Dans toutes les voies de la connaissance » (Martin du Gard). « Régler le litige par voie de négociations » (Sartre). Opérer par la voie la plus simple, par une voie détournée.
Dr. Voie de droit : moyen légal d'assurer la sanction d'un droit. Voies d'exécution. Voies de recours. Cour. Voie de fait : violence ou acte matériel insultant (cf. Coups et blessures).
Admin., fin. Voies et moyens (2, 1o).
Chim. Voie humide : recours à un solvant liquide, dans une réaction chimique. Voie sèche.
3Intermédiaire ou suite d'intermédiaires qui permet d'obtenir ou de faire qqch. « Je le sais par les voies les plus sûres » (Diderot). Intervenir par la voie diplomatique. Réclamer par la voie hiérarchique. Par voie de conséquence.
4(1283) EN VOIE (DE), se dit de ce qui se modifie dans un sens déterminé (cf. En train de). Les pays en voie de développement. En voie de formation. Plaie en voie de cicatrisation, en voie de se cicatriser. Espèce animale en voie de disparition. « Les pourparlers sont en bonne voie » (Romains),en passe de réussir. « Le médecin examina la blessure et la déclara en bonne voie » (Maupassant).
⊗ HOM. poss. Voix.

voie nom féminin (latin via) Tout ce qui mène, permet d'aller d'un endroit à un autre, sur terre, sur l'eau et dans les airs : Une voie d'accès à l'usine. Voie navigable. Rue, route dans le langage administratif : Voie à sens unique. Subdivision de la chaussée permettant la circulation d'une file de véhicules, généralement délimitée par des marques sur la chaussée : Une route à trois voies. Chemin de roulement constitué par une ou deux files de rails parallèles fixés sur des traverses et sur lequel circulent les métros, les trains : Ne pas traverser la voie. Dans une gare, chacune des installations correspondant à la circulation d'un train : Le train entre en gare sur la voie 14. Littéraire. Accès à quelque chose, à un état : La voie de la connaissance. Ligne, itinéraire à suivre dans la conduite d'une action, d'une carrière, dans la poursuite d'un but : Trouver sa voie. Série d'intermédiaires qui conduisent d'un point, d'un état à un autre : Suivre la voie hiérarchique. Moyen dont on se sert pour arriver à une fin : La voie des négociations est la seule valable. Alpinisme Itinéraire d'ascension d'un sommet. Automobile Distance entre les roues d'un même essieu. Industrie du bois Nom donné communément à la largeur du trait de scie. Chimie et Technique Mode selon lequel on opère pour effectuer une réaction chimique ou le traitement de matériaux. Mines Tout ouvrage de communication souterraine (galerie, puits). Vénerie Odeur répandue sur le chemin parcouru par le gibier ; ensemble des marques qui trahissent son passage. ● voie (citations) nom féminin (latin via) Léopold Sédar Senghor Joal, près de Dakar, 1906 Académie française, 1983 Oui Seigneur, pardonne à la France qui dit bien la voie droite et chemine par les sentiers obliques. Hosties noires, Prière de paix Le Seuil Bible La voie des humains n'est pas en leur pouvoir, et il n'est pas donné à l'homme qui marche de diriger ses pas ! Ancien Testament, Jérémie X, 23 Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». ● voie (difficultés) nom féminin (latin via) Construction On dit, on écrit : être en bonne voie ; s'engager dans la bonne voie ; être en voie de réussir ; être sur la voie du succès. Recommandation Ne pas confondre avec voix, en particulier dans les voies du Seigneur, de la Providence. ● voie (expressions) nom féminin (latin via) Bonne, mauvaise voie, celle qui mène au bien, aux valeurs positives ou, au contraire, au mal, aux valeurs négatives. En bonne voie, dont l'évolution laisse présager une issue heureuse. En voie de, dans une évolution qui conduit à tel état ; en train de. Être, mettre quelqu'un sur la voie, être, mettre quelqu'un dans la bonne direction par rapport au but poursuivi. La voie est libre, on peut agir librement. Montrer la voie, être le premier à réaliser quelque chose, jouer le rôle de pionnier. Ouvrir la voie à quelque chose, créer un précédent ; préparer les conditions nécessaires à la réalisation de quelque chose. Donner de la voie à une scie, lui donner une forme telle que la partie coupante agisse seule et que le frottement du bois coupé sur la lame proprement dite soit moindre. Voie d'administration, lieu d'introduction d'un médicament. Voie d'une scie, inclinaison latérale donnée à la pointe des dents. Appareil de voie, dispositif permettant à une voie de se diviser en deux (branchement) ou d'en recouper une autre (traversée). Voie principale, voie affectée à la circulation des trains dans les gares et à la traversée des gares, ou à la réception ou au départ des trains de voyageurs dans les gares. Voie unique, ligne à une seule voie parcourue dans les deux sens. Voie humide, emploi des solvants ou d'un milieu liquide. Voie sèche, opération conduite sans emploi de liquides. Clause de voie parée, clause permettant à un créancier de vendre une chose gagée ou hypothéquée en cas de non-paiement. Voie de droit, utilisation d'une règle, d'un moyen juridique ou légal. Voie de fait, acte matériel commis par l'Administration et qui porte atteinte aux libertés publiques ou au droit de propriété par une irrégularité manifeste ; acte d'agression physique ou morale commis par un individu. Voie publique, route, rue ou chemin ouvert à la circulation générale et qui fait partie du domaine public (par opposition à voie privée). Voie de recours, action en justice par laquelle on peut intenter un recours. Voie d'enroulement, ensemble des sections d'un induit à collecteur en série entre deux balais consécutifs de signes contraires. Voies romaines, ensemble de routes et itinéraires routiers, construits par la Rome antique. (La qualité de leur construction et l'étendue de leur réseau ont contribué à la cohésion de l'Empire.) Voie de transmission, ensemble des moyens nécessaires pour assurer une transmission de signaux dans un seul sens entre deux points. ● voie (homonymes) nom féminin (latin via) voie forme conjuguée du verbe voir voient forme conjuguée du verbe voir voies forme conjuguée du verbe voir vois forme conjuguée du verbe voir voit forme conjuguée du verbe voir voix nom fémininvoie (synonymes) nom féminin (latin via) Tout ce qui mène, permet d'aller d'un endroit à un...
Synonymes :
- itinéraire
Rue, route dans le langage administratif
Synonymes :
- artère
- rue
Littéraire. Accès à quelque chose, à un état
Synonymes :
Série d'intermédiaires qui conduisent d'un point, d'un état à un...
Synonymes :
Moyen dont on se sert pour arriver à une fin
Synonymes :
- intermédiaire
Droit. Clause de voie parée
Synonymes :

voie
n. f.
d1./d Espace sur lequel on se déplace pour aller d'un lieu à un autre (chemin, route, rue, etc.). Voies de communication.
|| Voie d'eau: voie navigable.
Voie maritime du Saint-Laurent: voie d'eau qui, depuis 1959, permet la navigation depuis l'embouchure du fleuve Saint-Laurent jusqu'aux Grands Lacs grâce aux écluses et aux canaux qu'on a construits entre Montréal et le lac érié.
|| ADMIN La voie publique: l'ensemble des routes, rues, places, etc., publiques.
d2./d Voie ferrée ou, absol., voie: ensemble des rails sur lesquels circule un train; espace entre les rails. Syn. (Afr. subsah.) rail.
Voie de garage: V. garage.
d3./d Milieu (terrestre, aérien) emprunté pour les transports, les déplacements. Courrier acheminé par voie aérienne.
d4./d CHASSE Chemin par où la bête est passée.
|| Loc. fig. Mettre qqn sur la voie, lui donner des renseignements propres à le guider dans ses recherches.
d5./d MAR Voie d'eau: ouverture accidentelle dans la coque d'un navire, par laquelle l'eau entre.
d6./d Plur. ANAT Ensemble de conduits assurant une même fonction. Voies urinaires, digestives.
d7./d Partie d'une route sur laquelle ne peut circuler qu'une file de voitures. Route à trois voies.
d8./d Voie lactée: V. lacté.
d9./d Fig. Intermédiaire qui permet de transmettre une requête, de faire aboutir une démarche, etc. Votre demande a suivi la voie hiérarchique.
d10./d Fig. Direction, conduite suivie; façon d'opérer.
être en bonne voie: aller vers le succès.
|| (Dans diverses loc. figées.) DR Voies de fait: actes de violence exercés contre qqn.
CHIM Voie sèche: traitement d'une substance par la chaleur en l'absence de tout liquide (par oppos. à voie humide).

⇒VOIE, subst. fém.
I. — Passage par où l'on s'engage pour franchir un obstacle naturel ou pour aller d'un point à un autre.
A. — Espace, aménagé ou non, à parcourir pour aller quelque part. Synon. chemin. Voie carrossable, défoncée, dégagée, étroite, la plus sûre, longue; détour d'une voie; état de la voie; dégager, obstruer, quitter une voie; prendre une bonne, une mauvaise voie. Il ne reste plus à la rivière picarde qu'à se frayer une voie à travers les roches (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 134). Il faut en évaluer la composition [de la forêt] (...) ce qui ne peut se faire que grâce à des reconnaissances (...) qui sont particulièrement difficiles dans les territoires d'Outre-Mer, du fait (...) de la rareté des voies de pénétration (Forêt fr., 1955, p. 45).
Locutions
Être par voies et par chemins. Être toujours en chemin, jamais au même endroit. Synon. être par monts et par vaux (v. mont I B). Vous êtes toujours par voies et par chemins, et on ne sait où vous prendre (MÉRIMÉE, Lettres à une inconnue, t. 2, 1867, p. 300).
La voie est libre. Il n'y a pas d'obstacle, le passage est possible. Quelle cohue! dit-elle en riant (...). Elle ouvrit la porte de communication: « La voie est libre » (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 169).
1. Espace aménagé pour faciliter les déplacements d'un point à un autre. Synon. route, rue. Tracé de la voie; entretenir une voie; voie sans issue ; voie communale, interdite, piétonne, principale, prioritaire, souterraine, urbaine; voie de desserte, de transit, de déviation. Cela, Kobus, résulte de l'extension des voies de communication. Autrefois, quand les routes étaient rares, quand il n'existait pas de chemins vicinaux, on ne voyait pas circuler tant de commis voyageurs (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p. 158). Sans se lancer comme certains pays voisins dans la construction de véritables autoroutes (...) l'administration française avait commencé l'aménagement de voies à grande circulation dites « grands itinéraires » (J. THOMAS, Route, 1951, p. 306).
En partic.
Voie express. Route, voie urbaine rapide réservée aux véhicules motorisés. (Dict. XXe s.).
Voie privée. Route ou rue ne faisant pas partie de la grande voirie et échappant aux règlements de la circulation générale. Voirie: Longueur et état des routes: Nationales. — Départementales. — Communales. — Voies privées (FONTENEAU, Cons. munic., 1965, p. 39).
Voie publique. Route ou rue faisant partie du domaine public. Mais à peine est-il parvenu sur la voie publique, que les mots d'explosion, de meurtre, d'incendie, de destruction, viennent porter l'alarme dans son cœur (Procès conspir. 1er Consul, t. 1, 1801, p. 30).
Voie à sens unique. V. sens2 I A 1.
Voie sans issue. Impasse. Au fig. Voie sans issue. Entreprise qui n'aboutit à rien. L'un de ces amis (...), voulant l'aider, l'égara tant et si bien que Flamel perdit des mois à errer dans des voies sans issue (CARON, HUTIN, Alchimistes, 1959, p. 9).
2. Subdivision de la chaussée permettant la circulation d'une file de véhicules. Route à trois, à quatre voies (Dict. XXe s.).
Voie unique. V. ce mot A 1 a équip.
3. HIST. Espace aménagé à caractère particulier.
Voie appienne. Route de Rome à Brindisi, commencée en 312 avant J.-C. par le censeur Appius Claudius. La route que suivait la voiture était l'ancienne voie Appienne, toute bordée de tombeaux (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 543).
Voie romaine. Route construite par les Romains pour permettre des communications faciles et sûres. Oui, il les connaissait bien ces murs carrés, ces nobles tracés, ces pures lignes droites des oppida et des voies romaines (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p. 120).
Voie sacrée. [Dans l'Antiq.] Route que suivaient les processions pour se rendre d'Athènes à Éleusis; route qui conduisait à un grand sanctuaire (Olympie, Delphes, Parthénon). (Ds Lar. 20e-GDEL). Grande voie triomphale qui conduisait au Capitole à travers le Forum romain. La Lagide [Cléopâtre] habitait, à Rome, avec son fils et sa suite la villa et les jardins de César qui s'étendaient sur la rive droite du Tibre. Le dictateur demeurait dans un des bâtiments publics de la voie Sacrée (A. FRANCE, Vie littér., 1892, p. 119). Auj. Voie sacrée. Route qui relie Bar-le-Duc à Verdun et qu'on a jalonnée de bornes en souvenir de son importance lors de la Première Guerre mondiale. À Verdun, la fameuse voie sacrée, route unique pour assurer le ravitaillement du front, fut organisée comme une ligne de chemin de fer (ALBITRECCIA, Gds moyens transp., 1931, p. 28).
4. CH. DE FER. Voie (ferrée). Ensemble des installations ferroviaires sur lesquelles roulent les convois. Voie déviée, en faisceaux, indépendante, latérale, principale; branchement de la voie; passage de la voie; bifurcation, changement de voie; traverses de voie; voie d'arrivée, de chargement, de déchargement, de départ, de service; éviter, ouvrir, surveiller, traverser la voie; sortir de la voie. Le charbon propre (...) tombait ensuite par des entonnoirs dans les wagons de la voie ferrée, établie sous le hangar (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1187). On attribue généralement à la voie normale 1 m 44, à la voie large 1 m 46, à la voie étroite de 1 m à 0 m 60. La voie peut être unique ou double. Enfin, selon sa position par rapport à la gare initiale, on a la voie paire ou impaire, la voie montante ou la voie descendante (ALBITRECCIA, Gds moyens transp., 1931, p. 45).
En compos. Garde-voie.
À contre-voie. Voie unique. V. ce mot A 1 a.
En partic.
Voie ouverte. En France, le régime de la voie ouverte [c'est-à-dire signaux normalement ouverts mis à l'arrêt seulement lorsqu'il existe un obstacle à couvrir ou un train à protéger] a été seul en usage sur la double voie jusqu'en 1889 (BRICKA, Cours ch. de fer, t. 2, 1894, p. 146).
Voie d'évitement. Voie de garage.
— ,,Dans une gare chacune des installations correspondant à la circulation d'un train`` (GDEL). Le train entre en gare sur la voie 14 (GDEL).
P. méton. Espace entre deux rails. La voie normale en usage en France est de 1 m 44 à 1 m 45 entre les bords intérieurs des rails (BRICKA, Cours ch. de fer, t. 1, 1894, p. 16).
5. MINES. Galerie de mine. Les galeries [qui] servent au transport des véhicules [se désignent] sous le nom de galerie de roulage, mère galerie, voie de fond, voie maîtresse, quand elles sont horizontales; plan incliné dans le cas contraire (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p. 649).
6. SPORTS (alpin.). Itinéraire d'escalade. Voie directe; voie d'approche, de descente. Il reste à tenter de nouvelles voies dans les faces et les arêtes (GAZIER, Les Sports de la Montagne, 1949 ds PETIOT 1982). La première cordée qui réussit à se frayer un passage nouveau vers un sommet difficile réalise une voie qui, après avoir été contrôlée par des alpinistes compétents, est reconnue officiellement (GAUTRAT 1970).
7. P. anal., MÉTÉOR. ,,Itinéraire suivi de préférence par les courants de perturbation`` (Lar. Lang. fr.). Sur l'Europe on observe un certain nombre de voies cycloniques, auxquelles les météorologistes ont donné des numéros (Lar. Lang. fr.).
8. ASTRON. Voie lactée.
9. P. ext. Milieu, moyen emprunté pour se déplacer, pour transporter des marchandises et servant de support aux moyens de communication. Voie aérienne, maritime, de terre. Les chemins de fer me paraissent peu commodes, et je reviendrai ici probablement pour prendre la voie de mer (FLAUB., Corresp., 1871, p. 207). Quand on disait « la route », on entendait la voie fluviale aussi bien que la voie terrestre, et la première ne le cédait nullement à la seconde en importance, bien au contraire (P. ROUSSEAU, Hist. transp., 1961, p. 150).
Voie ferrée. Le chemin de fer comme moyen de transport. En même temps que le service ambulant par voie ferrée, les services maritimes postaux reçurent de nouvelles extensions (PRADELLE, Serv. P.T.T. en Fr., 1903, p. 64).
10. P. méton., vx. Quantité portée en un seul trajet.
a) Quantité de marchandises correspondant à une charretée ordinaire. Elle donne tous les ans vingt-quatre voies de bois que je distribue aux malheureux (BALZAC, Mme de la Chanterie, 1844, p. 291).
Voie de charbon. Sac de charbon contenant un hectolitre. (Dict. XIXe et XXe s.). Voie de coke. ,,15 hectolitres, ou un mètre cube et demi`` (LITTRÉ). Voie d'eau. Quantité d'eau contenue dans deux seaux de porteur d'eau. L'hiver, les fontaines étaient gelées; l'eau coûtait vingt sous la voie (HUGO, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 119). Voie de pierre. ,,Charretée, qui en contient environ quinze pieds cubes`` (LITTRÉ). Voie de plâtre. ,,Quantité de douze sacs, qui contiennent chacun deux boisseaux et demi`` (LITTRÉ).
b) Arg. ,,Course de taxi`` (SANDRY-CARR. 1963). Faire la voie. ,,Charger moyennant un prix fixe plusieurs clients pour une direction donnée`` (SANDRY-CARR. 1963).
B. — Passage qui a été parcouru et qui a laissé des traces.
1. a) Ensemble des traces parallèles laissées sur le sol par les roues d'un véhicule. Avoir la voie; être à la voie. De même qu'ici toutes les voitures sont « à la voie », c'est-à-dire assez larges pour que les roues correspondent exactement aux ornières des charrettes, toutes mes pensées, jusqu'à ce jour, avaient été « à la voie » de mon père, de mes beaux-parents (MAURIAC, Th. Desqueyroux, 1927, p. 223).
b) TECHNOLOGIE
) Distance séparant les roues d'un même essieu d'un véhicule, ou distance existant entre les deux points théoriques d'appui au sol d'un même essieu. [Dans] les charrues à stabilité longitudinale et transversale l'age est rendu solidaire d'un train de deux roues ayant une voie suffisante (PASSELÈGUE, Mach. agric., 1930, p. 37). Pour une hauteur donnée du centre de gravité d'un véhicule, une largeur de voie relativement grande accroît la stabilité latérale (GUERBER 1967).
) Largeur d'un trait de scie, écartement latéral des dents d'une scie. Donner de la voie à une scie. Il faut que cette scie n'ait pas plus d'une demi-ligne (...) de voie (MAUGIN, MAIGNE, Nouv. Manuel luthier, 1929 [1869], p. 260). Sur la scie à ruban la voie est donnée en écrasant légèrement le sommet des dents (MOIRANT Bois 1986).
) TEXT. Voie du peigne. Trace laissée par le peigne du métier sur le tissu et constituant un défaut. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. VÉN. Endroit par où le gibier est passé et qu'il a indiqué par la trace et l'empreinte de ses pattes ou par l'odeur qu'il a laissée en l'air (d'apr. BAUDR. Chasses 1834). Synon. piste. Être sur la voie; perdre la voie. Le mâle qui venait d'apparaître (...) traînait, collés à sa voie, une menace et un péril de mort (GENEVOIX, Dern. harde, 1938, p. 125). La bête de chasse revenait sur sa propre voie et, de ce fait, brouillait sa piste (VIALAR, Brisées hautes, 1952, p. 69).
Voie de bon temps. ,, Voie d'une heure ou de deux heures`` (BAUDR. Chasses 1834). Voie chaude, fumante, vive. ,,Voie de l'animal qui vient de passer`` (BAUDR. Chasses 1834). Voie du relevé. ,,Voie de la veille`` (BAUDR. Chasses 1834). Voie de hautes erres. ,,Voie déjà vieille`` (BAUDR. Chasses 1834). Voie surpluée ou surneigée. ,,Voie sur laquelle il a plu ou neigé`` (BAUDR. Chasses 1834). Voie légère. ,,Voie dans laquelle dansent les chiens quand ils ont de la peine à la suivre`` (BAUDR. Chasses 1834).
Expr. Mettre les chiens à la voie. Amener les chiens sur le chemin que la bête a suivi. On les mit [les chiens] à la voie et les chasseurs s'égaillèrent (DRUON, Roi de fer, 1955, p. 316). N'avoir plus ni vent ni voie. [En parlant d'un chien] ,,Manquer à la fois des odeurs et des traces qui permettent de suivre du gibier`` (Lar. Lang. fr.). P. anal. De l'animal [un singe] qu'il cherchait [M. Sariette] il n'avait encore ni vent ni voie (A. FRANCE, Révolte anges, 1914, p. 28).
Au fig.
Être à bout de voie (vieilli). S'arrêter faute de moyens pour poursuivre. La philosophie du XVIIIe siècle (...) était à bout de voie et tout à fait stérilisée, lorsque M. Cousin débuta dans la carrière (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 10, 1867, p. 450).
Mettre qqn sur la voie. Aider quelqu'un à deviner, à trouver, donner des indications dans ce but. Dans la malle, si on l'ouvrait, il n'y a rien de suspect? rien qui puisse intriguer la police ou la mettre sur la voie? (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 250).
Rem. ,,Bien qu'empruntée au vocabulaire de la vénerie (...), cette loc., pourtant très usuelle, n'est pratiquement jamais analysée ainsi. Pour la plupart des locuteurs, voie est compris au sens le plus courant de « chemin, direction »`` (REY-CHANTR. Expr. 1979).
Trouver sa voie. Trouver le chemin à prendre, réussir à s'orienter. Il tient de moi: il deviendra sérieux quand il aura trouvé sa voie (A. FRANCE, Bergeret, 1901, p. 65).
C. — Conduit permettant un acheminement, une transmission. Nous ne percevons ce décalage que lorsque l'une de nos voies de transmission des informations comporte une faible vitesse de propagation, par exemple une transmission sonore (DECAUX, Mesure temps, 1959, p. 8).
ANAT. Ensemble des structures qui livrent passage à l'air ou à diverses matières organiques ou qui constituent un système destiné à assurer une fonction. Voies auditives, biliaires, cutanées, digestives, interrachidiennes, nerveuses, pulmonaires, respiratoires, urinaires, veineuses. Le processus est plus complexe alors que le virus est introduit primitivement dans le derme cutané. Une partie est absorbée et gagne, par les voies lymphatiques, la circulation sanguine (NOCARD, LECLAINCHE, Mal. microb. animaux, 1896, p. 375).
MÉD. Par (la) voie + adj. [Pour indiquer le mode d'administration d'un médicament ou la voie d'accès que suit le chirurgien pour une opération] Administrer un médicament par voie buccale, intramusculaire, intraveineuse. Le traitement chirurgical se propose de faire disparaître la hernie en réintégrant dans la cavité abdominale l'estomac et en resserrant l'orifice diaphragmatique œsophagien. Cette opération peut se faire par voie thoracique et abdominale ou tout simplement par voie abdominale (QUILLET Méd. 1965, p. 145).
D. — Ouverture naturelle ou accidentelle.
1. ÉLECTR. Voie d'enroulement. ,,Ensemble des sections d'un induit à collecteur qui, à un instant donné, se trouvent en série entre deux balais consécutifs de signes contraires`` (Lar. Lang. fr.).
2. MAR. Voie d'eau. Ouverture ou déchirure accidentelle de la coque d'un navire au dessous de la ligne de flottaison et par laquelle l'eau pénètre à l'intérieur du bâtiment. Aveugler, boucher, calfater une voie d'eau; localiser la voie d'eau. Le roulis (...) n'était pas parvenu à rompre les chaînes des ancres, mais leurs secousses avaient entr'ouvert une voie d'eau sur les flancs du navire. Brèche énorme; car les pompes ne suffisent pas à rejeter les paquets d'eau salée qui viennent, en écumant, s'abattre sur le pont, comme des montagnes (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 205).
3. TÉLÉCOM. ,,Ensemble des dispositifs électriques et mécaniques servant à l'acheminement des messages`` (Lar. Lang. fr.). Plusieurs voies de transmission peuvent partager un support commun; par exemple, une bande de fréquence particulière ou bien un intervalle de temps particulier répété périodiquement est réservé à chaque voie (Spatiologie 1985).
II. — Orientation, conduite à suivre ou suivie.
A. — Suite d'actes ayant le même caractère et le même but. Autre, fausse, nouvelle voie; la plus mauvaise, la plus sûre voie; voies battues, parallèles; voie commune, trompeuse; voie d'approche, du bien, du cœur, du courage, de l'honneur, du mal; ouvrir, suivre, trouver une voie; montrer, préparer la voie à qqn. N'est-il pas cent fois préférable que, le jour de son arrivée au corps, le jeune soldat soit remis au capitaine (...) qui a tout intérêt à le diriger dans la bonne voie? (DAVOUT, Réorg. milit., 1871, p. 45). Le cinématographe, avec la voix, les sons, la musique, avec la couleur et bientôt le relief, malgré la réussite de quelques films, atteint à peine son âge ingrat. On peut seulement dire que, seuls, les dessins animés ont marqué des progrès authentiques et indiqué des voies à suivre ou à explorer (Arts et litt., 1936, p. 34-2).
Locutions
En voie de. [Pour indiquer que qqc. est en cours et se modifie dans un sens déterminé] En voie d'accroissement, d'achèvement, de cicatrisation, de croissance, de décadence, de développement, d'évolution, d'exécution, d'expansion, d'extinction, de fermeture, d'industrialisation, de réalisation, d'urbanisation; en voie de s'arranger. [Les pythagoriciens] considéraient le monde comme un ordre en voie de formation, un progrès vers le bien (RENOUVIER, Essais crit. gén., 3e essai, 1864, p. 167). Les phénomènes de totale ségrégation culturelle (...) sont en voie de disparition (DUMAZEDIER, RIPERT, Loisir et cult., 1966, p. 302).
En bonne voie. Dont on peut envisager l'avenir de manière positive, qui est bien engagé. Les 1re et 2e armées semblaient en bonne voie et paraissaient même gagner du terrain (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 344). J'ai hâte de vous faire savoir que la triste affaire qui vous a préoccupé si longtemps est en bonne voie de règlement (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 829).
RELIG. Conduite à suivre pour atteindre un but. Voie étroite, large, royale; voie de l'enfer. La fable qui remplit l'enfer, le purgatoire, et le paradis, c'est l'homme retiré de la forêt sombre des intérêts et des passions terrestres, et ramené, par la considération de soi-même, du monde, et de la Divinité, dans les voies du salut (OZANAM, Philos. Dante, 1838, p. 242).
♦ Toujours au plur. Desseins selon lesquels Dieu guide les hommes. Voies impénétrables, obscures. Disons donc plutôt que nous sommes foibles, que les voies de Dieu sont profondes, et qu'il se plaît à exercer ses serviteurs (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 446). V. impénétrable B 2 ex. de France:
Comme il n'y a pas le moindre doute sur la vérité de cette proposition, il n'en faut pas davantage pour justifier les voies de la Providence même dans l'ordre temporel, si l'on joint surtout cette considération à celle de la justice humaine, puisqu'il est démontré que, sous ce double rapport, le privilège de la vertu est incalculable, indépendamment de tout appel à la raison, et même de toute considération religieuse.
MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 64.
B. — Moyen employé pour atteindre un but.
1. Moyen conduisant à un but considéré du point de vue du résultat désiré. Voie des découvertes, des honneurs, des richesses, de la sagesse; s'engager dans une voie; se frayer une voie. La France s'est constituée en République. En adoptant cette forme définitive de gouvernement, elle s'est proposée pour but de marcher plus librement dans la voie du progrès et de la civilisation (Constitution de 1848 ds Doc. hist. contemp., p. 191). Il faudra examiner (...) cette double voie de connaissance, par affirmation et par négation, pour voir ce à quoi l'une et l'autre tendent directement (Théol. cath. t. 4, 1 1920, p. 1025).
2. Moyen qui conduit à un but considéré du point de vue de la nature de la conduite qu'il implique. Voie d'accommodement, de la douceur, de la négociation, de la sévérité; voie détournée, simple. Petit-fils d'Alsacien, j'étais en même temps Français de France; Karl me ferait acquérir un savoir universel, je prendrais la voie royale: en ma personne l'Alsace martyre entrerait à l'École Normale Supérieure (SARTRE, Mots, 1964, p. 129).
3. Spécialement
a) DR. Voie de droit. ,,Recours à la justice selon les formes légales`` (BARR. 1974).
En partic.
Voie d'exécution. ,,Ensemble des procédures permettant à un particulier d'obtenir, par la force, l'exécution des actes et des jugements qui lui reconnaissent des prérogatives ou des droits`` (Jur. 1971).
Voie(s) de fait. V. fait A 3 a. Voies de recours. V. recours C 1.
Expr. Les voies et (les) moyens. ,,Procédés concrets permettant la réalisation d'une opération`` (CAP. 1936). Ils se réunirent (...) afin d'examiner les voies et moyens. M. de La Trumelle se prononça pour l'action légale (A. FRANCE, Île ping., 1908, p. 212).
b) CHIM. Manière d'opérer, nature des moyens employés. Voie humide. Opération consistant à employer des solvants liquides. Le soufre possède deux systèmes cristallins, l'un propre au soufre qui a cristallisé par la voie humide, l'autre au soufre fondu qu'on a laissé refroidir (ÉLIE DE BEAUMONT ds B. Sté géol. Fr., t. 4, 1847, p. 10). Voie sèche. Opération conduite par le feu, en dehors de l'emploi de liquides. [L'argent] ne s'oxyde point par la voie sèche (KAPELER, CAVENTOU, Manuel pharm. et drog., t. 1, 1821, p. 95).
C. — Intermédiaire utilisé pour atteindre un but.
1. Ce par quoi on passe ou on doit passer pour réaliser ou obtenir quelque chose. Voie des armes; voie administrative, diplomatique, gouvernementale, législative. Le droit de manifester sa pensée et ses opinions, soit par la voie de la presse, soit de toute autre manière, le droit de s'assembler paisiblement (...) ne peuvent être interdits (Constitution de l'an 1, 1793 ds Rec. textes hist., p. 68). V. affiche1 ex. 10.
En partic. Voie hiérarchique. V. hiérarchique B.
2. Loc. Par voie de. Par une suite logique et progressive. Par voie de conséquence, la méthode géographique (...) donne la première place et le principal intérêt à l'étude exacte, précise, de ce qui est aujourd'hui (BRUNHES, Géogr. hum., 1942, p. 282).
REM. Voyable, adj., hapax. [En parlant d'une voie de circulation] Pratiquable. Il n'y a pas ombre de calèche dans ce sentier, qui me paroît d'ailleurs peu voyable aux équipages (NODIER, Trésor Fèves, 1833, p. 43).
Prononc. et Orth.:[vwa]. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 62, WARN. 1987 [-a]. MARTINET-WALTER 1973 [-], [-a] (10, 7). Ac. 1694, 1718: voye; dep. 1740: voie. Étymol. et Hist. I. A. 1. a) 1100 « parcours que l'on suit pour aller d'un point à un autre » (Roland, éd. J. Bédier, 365); 1140 en la veie se metre « se diriger quelque part » (GEFFREI GAIMAR, Histoire des Anglais, éd. A. Bell, 2854); 1176-81 loc. savoir ne vant ne voie « ne pas connaître le parcours de quelqu'un » (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier de la Charrete, éd. M. Roques, 6383); b) spéc. 1868 alpin. « itinéraire d'ascension » (Annuaire du Club alpin suisse, pp. 83-84 ds QUEM. DDL t. 27); 2. a) 1100 « espace aménagé pour permettre les déplacements d'un point à un autre » (Roland, 2399); 1671 par voie et par chemin (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 391); b) 1510 « grande route de l'Antiquité » voye Appia (P. GRINGORE, L'Espoir de Paix, éd. Ch. d'Héricault et A. de Montaiglon, t. 1, p. 174); 1788 voie Sacrée (Abbé J. J. BARTHELEMY, Voyage du Jeune Anacharsis, p. 527); c) 1690 voye publique (FUR.); d) 1776-77 mines (MORAND, L'Art d'exploiter les mines de charbon de terre, 2e partie, sect. I, § 224 d'apr. BRUNOT t. 6, 1, p. 402); 3. p. anal. 1550 voies de l'eau (RONSARD, Odes, éd. P. Laumonier, t. 1, p. 148); 1578 marinieres voyes (R. GARNIER, Marc Antoine, 776, éd. W. Foerster, t. 1, p. 176); 4. voie lactée, v. lacté; 5. 1828 ch. de fer voies de fer (J. MASCLET, Génie Civil, I, p. 418 ds WEXLER, p. 42, note 14); 1858 voie ferree (CHESN.); 1865 voie de garage (LITTRÉ, s.v. garage). B. 2e moit. XIIIe s. vén. « chemin par où une bête a passé » (La Chace dou Cerf, 273, éd. G. Tilander ds Studier Modern Språkvetenskap, t. 14, p. 71); 1635 voyes de hautes avies (J. DE LIGNIVILLE, La Meutte et Venerie pour le lièvre, p. 148 ds TILANDER, p. 47); 1635 voyes de bon temps (ID., La Meutte et Venerie pour le cerf, t. 2, p. 17, ibid., p. 49); 1635 voyes doublees (ID., La Meutte et Venerie pour le chevreuil, p. 136, ibid., p. 119); 1655 voyes du relevé (SALNOVE, La Vénerie royale, p. 35, ibid., p. 46); 1690 voyes surmarchées (FUR.); 1690 loc. remettre les chiens sur les voyes (ibid.); 1691 fig. remettre sur les voies (Mme DE SÉVIGNÉ, op. cit., t. 3, p. 970); av. 1740 à bout de voie, ici fig. (SAINT-SIMON, Mémoires, éd. A. de Boislile, t. 13, p. 83). C. « Itinéraire ou conduit naturel » 1. a) 1314 anat. voie de la viande (Chirurgie de Henri de Mondeville, éd. Ch. Bos, § 259); b) 1800 « ensemble de conduits que parcourt une matière quelconque dans l'économie animale » voies urinaires (GEOFFROY, Méd. prat., p. 203); 2. 1678 voye d'eau « ouverture par laquelle l'eau entre dans un navire » (GUILLET 3e part., p. 346). D. Techn. 1. 1660 « espace entre les roues d'une voiture » (OUDIN Fr.-Esp.); 1798 avoir la voie « avoir, entre les roues la distance voulue par l'usage du pays » (Ac.); 2. 1690 « largeur d'un trait de scie » (LA QUINTINIE, Instruction pour les jardins potagers); 1765 donner de la voie à une scie « en écarter les dents » (Encyclop. t. 13, p. 70a); 3. 1723 « passage successif sur l'appareil à lainer » (SAVARY). II. A. 1. 1re moit. XIIe s. « conduite considérée comme un chemin que l'on peut suivre » (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, XVII, 24); id. la veie des justes (ibid., I, 7); id. male veie (ibid., CXVIII, 101); ca 1170 dreite veie (Livre des Rois, éd. E. R. Curtius, p. 83); 1225 bonne voye (GAUTIER DE COINCI, Miracles de Nostre Dame, D 80, 54, éd. V.-F. Koenig, t. 4, p. 420); 2. XIIIe s. les voies des homes « conduite morale de l'homme » (B. N. 899, f° 299 v° ds TRENEL, p. 379); 3. loc. a) 1550 montrer la voie à (RONSARD, op. cit., p. 78); b) 1602 se préparer la voye (Cl. FAUCHET, Déclin de la Maison de Charlemagne, p. 206); 1738 préparer les voies (Ch. ROLLIN, Hist. Anc. des Égyptiens, t. 6, p. 609); c) 1611 ouvrir la voye (J. BERTAUT, Les Œuvres poét., p. 351); d) 1656 mettre qqn sur la voie (CORNEILLE, L'Imitation de Jesus-Christ, p. 169). B. 1. a) 1re moit. XIIe s. « façon de procéder; conduite à suivre » (Psautier d'Oxford, CXVIII, 104); ca 1250 (Assises de Jerusalem, éd. Beugnot, t. 1, p. 50); b) 1491 « moyen dont on se sert » (PHILIPPE DE COMMYNES, Mémoires, éd. J. Calmette, t. 1, p. 79: par voyes d'assemblées); 2. a) 1283 « moyen d'action judiciaire » (PHILIPPE DE BEAUMANOIR, Coutumes Beauvaisis, XI, 315, éd. Am. Salmon, t. 1, p. 355); 1601 la voye de la justice (P. CHARRON, De la Sagesse, Trois livres, p. 436); 1601 voye amiable (Cl. FAUCHET, Fleur Maison de Charlemagne, p. 29); 1690 voie de droit (FUR.); b) 1378 « tout acte par lequel on s'empare violemment d'une chose sur laquelle on n'a pas de droit reconnu » (13 juillet, A. du Prince, 75, n° 7, A. Neuchâtel ds GDF. Compl.); c) 1835 voies et moyens (Ac.); 3. 1656 « intermédiaire ou suite d'intermédiaires qui permet d'obtenir quelque chose » (PASCAL, Provinciales, VI, éd. L. Lafuma, p. 397); 1903 par voie de conséquence (LÉVY-BRUHL, Mor. et sc. mœurs, p. 111); 4. 1690 chim. « manière de procéder » (FUR.); 1788 voie humide (BUFFON, Hist. nat. Minéraux, t. 1, p. 434); 1814 voie sèche (NYSTEN). III. Métrol. fin XIIIe-déb. XIVe s. « la moitié d'une portée (mesure de drap) » (texte ds POERCK, La Draperie médiévale, t. 2, p. 217); 1407 voie d'eaue (Enquête du Prevôt de Paris ds Bibl. Éc. Chartes, t. 1, p. 247); 1416 voies de plastre (Ctes Hotel Dieu, t. 3, p. 44 ds IGLF); 1579 voye de bois (H. ESTIENNE, La Precellence du Langage françois, éd. E. Huguet, p. 180). Du lat. via « chemin, route; voyage, trajet; conduit, canal; genre, méthode, moyen, procédé ». Fréq. abs. littér.:5 890. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 7 046, b) 7 049; XXe s.: a) 8 191, b) 10 333.
DÉR. Voyette, subst. fém., région. (notamment Ouest). Petite voie, sentier de peu de largeur. [Les sarcleuses] passaient, prenant chacune l'une des voyettes étroites que les rigoles creusent entre les planches semées (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 207). []. 1res attest. a) ca 1280 voiete « petite voie » (GÉRARD D'AMIENS, Escanor, 16694, Michelant ds GDF.) — XVIe s. ds HUG., présent encore dans différentes régions: Flandres, Picardie, Haute-Bretagne (v. FEW t. 14, p. 372b), b) 1904 vén. (Nouv. Lar. ill.); de voie, suff. -ette (-et).
BBG. — CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p. 601. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 11. — GOUG. Mots. t. 1 1962, p. 185. — QUEM. DDL t. 16, 27, 33, 34.

voie [vwɑ; vwa] n. f.
ÉTYM. XIe, veie, voie; du lat. via. → Via.
———
I (Concret).
A
1 Espace à parcourir (qu'il soit aménagé ou non) pour aller quelque part. Chemin, passage. || Direction, détours d'une voie. || Se frayer une voie dans les broussailles. || Trouver, suivre, perdre, quitter une voie, la bonne voie. || Être détourné de sa voie. Dévier. || Boucher, obstruer la voie; dégager la voie. — ☑ Loc. Être par voies et par chemins, toujours en chemin (→ Par monts et par vaux).
1 Il était toujours par voies et par chemins, passant ses jours et ses nuits dans les cabarets (…)
Renan, Souvenirs d'enfance…, II, III, Œ. compl., t. II, p. 770.
1.1 Eh bien, ce cousin, m'a-t-on dit, gagne des millions. Ça ne vit pas, ça se brûle le sang, c'est toujours par voies et par chemins, au milieu de trafics d'enfer.
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 89.
Spécialt. Alpinisme. Itinéraire d'ascension. || Ouvrir une voie. || Voie directe, « directissime ». || Par la voie nord.
2 (1690). Cet espace, lorsqu'il est tracé et aménagé. Artère (2.), autoroute, avenue, axe (de circulation), boulevard, chemin (I., B., 2.), route, rue. || Tracé d'une voie. || Voie qui se divise. Branche. || Croisement (cit. 3) de plusieurs voies. || L'état de la voie. Chaussée (→ Roulement, cit. 1). || Les grandes voies de communication d'un pays : routes et voies ferrées (→ ci-dessous, 4.) établies et entretenues pour permettre les communications, les transports. Réseau, voirie, voyer.Voie publique, faisant partie du domaine public. || Voie privée, ordinaire ou ouverte à la circulation publique. || Voie urbaine, à l'intérieur d'une agglomération (rue, avenue, boulevard…). || Voie express, à circulation rapide, dans les villes. || Les voies sur berge, à Paris, le long des quais de la Seine ( Autoberge). || Voie classée, incorporée au réseau officiel des voies de communications.(Collectif). || La voie publique : tout espace du domaine public destiné à la circulation (voies proprt dites et places, squares, etc., dans les villes). → Attroupement, cit. 3; pavé, cit. 3. || Terrains absorbés par le tracé de la voie publique et terrains hors-ligne.(Dans le code de la route). Route ou rue. || Voie étroite, prioritaire, à sens unique, interdite aux véhicules. || Voie sans issue.Partie d'une route de la largeur d'un véhicule. || Route à trois, quatre voies. || Passage à voie unique, signalé par des feux. || Voie auxiliaire. || Voie d'accélération, de décélération, sur les autoroutes. || Voie de circulation (angl. traffic lane) : voie.
2 Un vif courant de voitures se portait dans la direction de l'Ouest, et un grouillement continu de piétons gorgeait toutes les voies qui vont de la Concorde à la Bastille.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, XVIII, p. 187.
3 (1636). Grande route de l'Antiquité. || Les voies romaines (lat. via). → Symbole, cit. 1. || La voie Appienne.Par anal. || Voie sacrée, commémorant un itinéraire (religieux, militaire).
3 Cette ville s'appelle en latin Trivortium, comme qui dirait trois voies, parce qu'une voie romaine se partageait en trois branches à cet endroit.
Th. Gautier, Souvenirs de théâtre…, Statist. départ. Ain.
4 (1838). || Voie ferrée, et, ellipt., voie : l'ensemble des rails mis bout à bout et à écartement fixe qui forment une voie, un chemin pour les convois. Chemin de fer (cit. 6 et 8; → 1. Gare, cit. 3; tamponnement, cit. 1 et 2). || Parties de la voie. Accotement, ballast, rail, traverse; infrastructure, superstructure (et aussi assiette). || Les voies d'une ligne. || Voie montante, descendante. || Convoi qui marche à contre-voie, dans le sens inverse de la marche normale ( Contre-voie). || Ligne à voie unique. || Banalisation d'une voie. || Bifurcation, branchement de voies. Aiguillage, aiguille(s), embranchement, épi, raccordement. || Voie principale, latérale (cit. 2), d'évitement.Voie de garage (cit. 1), de remisage (cit.). || Sections de voies, dans le système de sécurité ( Block-system). || Signal qui ferme la voie. || Ouvrir, donner la voie (→ Dépôt, cit. 12). || Profil de la voie. || Surveillance de la voie. Garde-barrière, garde-voie. || Voies et quais d'une gare. || La voie 7 (→ Sûr, cit. 15). || Traverser la voie (→ Portillon, cit. 1) par un passage souterrain. || Descendre à contre-voie. Contre-voie.Wagon, voiture… qui quitte la voie, sort de la voie. Dérailler.
4 (…) les voies d'un chemin de fer brillaient comme des ornières pleines de pluie. Un train passa dont le sifflement maritime arriva de loin lorsque le dernier wagon eut disparu.
P. Nizan, le Cheval de Troie, I.
Spécialt. Espace entre les deux files de rails. Écartement. || Voie étroite, normale.
Ch. de fer. || Service de la voie, et, ellipt., n. f., la voie : l'un des grands services d'une région ferroviaire (avec le matériel et l'exploitation).
4.1 Le chef de section jurait entre ses dents : l'accident semblait dû au mauvais état des voies, mais le chef de dépôt se sentait tranquille. Il pensait :
— Ça n'est toujours pas moi qui trinquerai … Pas trop tôt que le service de la voie soit emmerdé à son tour …
P. Nizan, Antoine Bloyé, p. 131.
5 Par anal. || Voies navigables : fleuves, rivières et canaux. Cours (cit. 4). || Voies d'eau.
6 (1632). || Voie lactée (cit. 2) ou chemin de saint Jacques. Galaxie (cit. 1), nébuleuse.
7 Milieu emprunté pour se déplacer, pour transporter des marchandises. || La voie aérienne, maritime. || Par voie de mer, de terre.
B (XIIIe). Chasse. Lieux par lesquels est passée la bête; chemin qu'elle a suivi. Piste, trace; foulée (1.); → Meute, cit. 3. || Discerner (cit. 1) les voies. || Couper la voie (→ Hourvari, cit. 1). || Revenir sur ses voies (→ Forlonger, cit.). || Détourner de la voie. Fourvoyer. || Perdre la voie. — ☑ (XVIIe). Vieilli. N'avoir ni vent ni voie de… (en parlant d'un chien) : avoir perdu l'odeur et les traces de (l'animal); (fig. en parlant de qqn) : ne plus avoir de nouvelles de (qqn). → Avoir ni vent ni nouvelles (vx).
5 (…) Cependant, quand au bois
Le bruit des cors, celui des voix,
N'a donné nul relâche à la fuyante proie,
Qu'en vain elle a mis ses efforts
À confondre et brouiller la voie (…)
La Fontaine, Fables, IX, Disc. Mme de La Sablière.
Par métaphore. || Perdre (cit. 26) la voie. — ☑ Cour. Mettre qqn sur la voie (→ Intriguer, cit. 4), ou (vieilli) sur les voies (→ Deviner, cit. 10) : donner des indications à (qqn), aider (qqn) à deviner, à trouver.
C Techn.
1 a (Mil. XVIIe). Traces parallèles laissées par les roues d'une voiture.
b Écartement des roues, largeur de l'essieu d'une roue à l'autre. || La voie (largeur) et l'empattement d'une automobile. || Vallon si resserré qu'il garde à peine la voie d'une voiture, la largeur (→ Faufiler, cit. 9).
Loc. Avoir la voie (1798) ou être à la voie (pour un véhicule) : avoir un écartement de roues correspondant au tracé des ornières creusées par les véhicules empruntant habituellement un chemin; (fig.) se conformer à un modèle, à une tradition.
5.1 Je ne suis pas « à la voie », comme on disait chez nous des carrioles dont les roues épousaient exactement les ornières creusées par les charrois (…)
F. Mauriac, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 225.
2 (1690). Largeur d'un trait de scie; écartement latéral des dents d'une scie. || Donner de la voie à une scie, en écarter les dents.
D (Passage).
1 (1678). || Voie d'eau : ouverture au-dessous de la ligne de flottaison, par laquelle l'eau entre dans un navire. || Aveugler, boucher (cit. 2), calfater (cit. 2) une voie d'eau.
6 Où était cette voie d'eau ? on ne la voyait pas. Elle était noyée. Le volume d'eau qui emplissait la cale cachait cette fissure. Le navire avait un trou au ventre, quelque part, sous la flottaison, fort avant sous la carène. Impossible de l'apercevoir. Impossible de le boucher.
Hugo, l'Homme qui rit, II, XVII.
2 Méd. a (1314). Anat. Passage, conduit anatomique. Canal (II., 1.), conduit. || Les voies digestives, respiratoires (ou aériennes), urinaires, biliaires, génitales, lymphatiques. || Voies circulatoires. Vaisseau; branche, rameau.
b (Qualifié, dans des syntagmes indiquant le mode d'administration d'une substance active). || Médicament qui s'administre par voie buccale, intramusculaire, intrarachidienne, intraveineuse ( Injection, perfusion), rectale.
7 Vous voyez cette réclame pour les débuts d'une station ? Hein ? Il y a encore le mode d'emploi : Par la voie digestive ? Sous forme de douches ? de bain ? d'inhalations ? de fumigations, etc. ?
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XIV, p. 106.
c (Qualifié). Ensemble de structures nerveuses correspondant à la fonction motrice ou à l'une des fonctions sensorielles. || Voies nerveuses. || Voie nerveuse principale, accessoire. || Voies sensitives : voie acoustique (ou auditive), gustative, olfactive, optique (ou visuelle), cénesthésique. || Voie de sensibilité cutanée, viscérale. || Voies motrices (→ Réaction, cit. 4). || Voie pyramidale, extra-pyramidale. || Voie réflexe. Faisceau, fibre, système (nerveux), tractus.
d Chir. || Voie d'abord, d'accès, que suit le chirurgien pour atteindre l'organe à opérer.
tableau Lexique de la chirurgie.
e Anat. || Conduction (du son) par voie aérienne, par voie osseuse, par l'intermédiaire de l'oreille interne, ou des os du crâne.
———
II (XIIe).
1 Conduite, suite d'actes orientés vers une fin et considérée comme un chemin que l'on peut suivre. Carrière, chemin, ligne, route, sentier. || Aller, avancer, entrer (→ Héroïsme, cit. 9), marcher dans une voie, dans la bonne voie… || Suivre des voies pénibles (→ Indépendance, cit. 12). || Voie sans issue (→ Dénouer, cit. 10). || La voie à suivre pour… Marche (2. Marche, II., 1.). || Montrer la voie à qqn. || Préparer la voie : faciliter les choses à faire en écartant, en supprimant les obstacles. || Aplanir (cit. 6), frayer (cit. 8) la voie, les voies, en donnant l'exemple. || Ouvrir la voie. Passage (→ Grelot, cit. 4). || Précéder (cit. 6), suivre dans telle voie. || Prendre la voie de réussir (cit. 6)…Ellipt. || La bonne, la mauvaise voie (pour arriver à qqch., obtenir qqch.). Direction.Être dans la bonne voie, être en bonne voie, en passe de réussir (→ Examen, cit. 10; germe, cit. 7).
7.1 Je vais très probablement affermer à mon compte la rubrique immobilière d'un grand quotidien du matin. Les pourparlers sont en bonne voie.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXII, p. 188.
Par métaphore du sens I. || Une voie de garage, une voie sans issue.
La voie de qqn, la situation qui lui convient, où il s'épanouit. Vieilli. || Être dans sa voie.Mod. Trouver sa voie (→ Aptitude, cit. 10).
(1120). Relig. || La voie, les voies du salut (→ Avertissement, cit. 2), de la perdition (cit. 1). || La voie étroite (cit. 6) de l'Évangile (cit. 3); la voie purgative (→ Purgatif, cit.), la voie du rachat (cit. 2). || La droite voie.Les desseins, les commandements de Dieu. || Les voies de Dieu (→ Attrait, cit. 2; dessein, cit. 8; 1. droit, cit. 9), de la Providence… Conduite, dessein.La voie, les voies de l'homme, sa conduite morale. || « Je te jugerai selon tes voies » (Bossuet, Deuxième sermon, Impénitence). || La voie droite.Allus. évang. || « Je suis la voie, la vérité, la vie. »
8 Que la porte de la vie est petite ! que la voie qui y mène est étroite, et qu'il y en a peu qui la trouvent !
Bible, l'Évangile selon saint Matthieu, VII, 14.
2 a Conduite suivie ou à suivre; façon de procéder. Moyen; → Impur, cit. 6. || La vraie voie par laquelle une chose a été inventée (→ Analyse, cit. 5). || Les voies de la connaissance (cit. 24). || Chercher les voies moyennes (→ Équilibrer, cit. 7), extrêmes.Faire, obtenir qqch. par voie d'accommodement, de conciliation, de négociations (→ Litige, cit. 3), par la voie la plus simple, par une voie détournée ( Façon).
9 (…) tout en se constituant un capital par des voies plus ou moins licites, il est peu d'hommes qui ne se permettent quelques bonnes actions.
Balzac, Un début dans la vie, Pl., t. I, p. 627.
10 Un critique intelligent devrait, au contraire, rechercher tout ce qui ressemble le moins aux romans déjà faits, et pousser autant que possible les jeunes gens à tenter des voies nouvelles.
Maupassant, Pierre et Jean, Le roman.
b Dr. || Voie de droit : moyen légal d'assurer la sanction d'un droit (actions en justice, recours, voies d'exécution). Contrainte (5.). → Exécutoire, cit. 3. || Voies de recours (ordinaires et extraordinaires).
(XIVe). || Voie de fait : violence ou acte matériel insultant (→ Bannir, cit. 3; noircir, cit. 11).Fig. Atteinte physique (→ Œuvre, cit. 17).
11 La dernière voie de fait décisive de l'Océan sur notre côte a pourtant date certaine. En 709, soixante ans avant l'avènement de Charlemagne, un coup de mer a détaché Jersey de la France.
Hugo, l'Archipel de la Manche, I.
Admin., fin. || Voies et moyens (infra cit. 17).
12 Jean XXII avait besoin d'argent, il inventa la daterie, sorte de budget des voies et moyens, qui se composait des droits nommés annates, réservations, provisions, exemptions, expectatives, tous payés par les royaumes chrétiens.
Stendhal, Mémoires d'un touriste, t. I, p. 212.
c (1690, Furetière). Chim. || Voie humide : manière d'opérer, processus impliquant l'utilisation d'un liquide (en général comme solvant) par oppos. à la voie sèche, dans laquelle la réaction se produit en l'absence de liquide, le plus souvent sous l'effet de la chaleur. || Composé obtenu, préparé par voie sèche.
3 (Littér., sauf dans : la voie hiérarchique). Intermédiaire (cit. 4) ou suite d'intermédiaires qui permet d'obtenir ou de faire qqch. || Je le sais par les voies les plus sûres (→ Nez, cit. 42). || Agir, intervenir par la voie diplomatique. || Réclamer par la voie hiérarchique. Entremise. || Envoyer, recevoir par une voie secrète, sûre.
Loc. Par voie de conséquence : en conséquence (avec une idée d'enchaînement progressif).
13 Démocratie, paix, honneur (…) c'est par là, écrivains de France, que vous pouvez confirmer votre honneur d'écrivain, — et, par voie de conséquence, votre fondamentale liberté.
J.-R. Bloch, Responsabilité du talent (Disc. 1946).
4 (XIe, au sens propre, en voie « loin, parti, sorti »). Loc. (1283). En voie de…, se dit de ce qui se modifie dans un sens déterminé. Commencer (à), devenir, train (être en train de…). || En voie de formation, d'organisation, de disposition… || Plaie en voie de cicatrisation (→ Pulmonaire, cit. 1). || Pays en voie de développement. || En voie de se rétablir (cit. 10).
———
III (V. 1300). Vx. S'est dit de diverses quantités (mesures, charges) qui peuvent être portées en un seul voyage, en une fois. || Voie de charbon, de bois… (charretée, environ deux stères). || Voie d'eau : deux seaux pleins.
14 Elle donne tous les ans vingt-quatre voies de bois que je distribue aux malheureux, pour la demi-voie que je lui ai jadis envoyée.
Balzac, Mme de la Chanterie, Pl., t. VII, p. 291.
Par métonymie. Dispositif servant à mesurer une voie de bois.
15 Une petite dame (…) qui croit qu'il n'y a rien de plus simple (…) que de se faire mesurer les trois ou quatre voies de bois qu'elle vient d'acheter (…)
La mesure de la voie est placée, le cordeur s'avance (…) Notre homme (…) prend les bûches, les place dans la voie avec une telle vivacité, que la pratique n'y voit que du feu.
Ch. Paul de Kock, la Grande Ville, t. I, p. 42.
DÉR. Dévoyer, fourvoyer. — V. Envoyer, voyage, voyou.
COMP. Claire-voie, contre-voie, entrevoie.
HOM. Voix; formes du v. voir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • voie — voie …   Dictionnaire des rimes

  • voie — VÓIE, (rar) voi, s.f. 1. Voinţă, vrere, intenţie. ♢ loc. adv. Cu voie sau cu voia (cuiva) = intenţionat, din proprie iniţiativă, dinadins. Fără (de) voie sau fără voia mea (ori ta, sa etc.) = involuntar, neintenţionat. Peste voia... = împotriva… …   Dicționar Român

  • Voie AA/12 — 12e arrt …   Wikipédia en Français

  • Voie — (fr., spr. Woa, Fuhre), altes Pariser Brennholzmaß, 4 Fuß lang u. eben so hoch …   Pierer's Universal-Lexikon

  • voie — Voie, cerchez Voye …   Thresor de la langue françoyse

  • voie — (voî) s. f. 1°   Chemin, route d un lieu un autre. •   Leur bagage étant prêt.... Nos galants se mettent en voie, LA FONT. Joc..    Fig. •   La raison pour marcher n a souvent qu une voie, BOILEAU Art p. I.    Par voie et par chemin, par les… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • VOIE — s. f. Chemin, route par où l on va d un lieu à un autre. Il désigne plus spécialement, Les grands chemins des anciens Romains, ces routes conduites de Rome aux extrémités de l Europe et par delà, dont il reste encore des vestiges. Les voies… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • VOIE — n. f. Chemin, route par où l’on va d’un lieu à un autre. Les voies de communication. Il est toujours par voie et par chemin, Il est toujours en route, il ne cesse d’aller et venir. Fig., Frayer la voie à quelqu’un, Lui donner les moyens ou… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Voie — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Voix. Sur les autres projets Wikimedia : « Voie », sur le …   Wikipédia en Français

  • voie — nf. vwé (Albanais.001, Balme Si.) ; shmin <chemin> (001) ; rota <route> (001, Villards Thônes) ; rwa <rue> (001). E. : Passage. A1) voie d autoroute : koulwâ <couloir> (001). A2) infiltration // voie d eau // fuite //… …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.